Âge des élèves et retard à l’école, il y a 50 ans

L’école du début des années 1970 est marquée par la croissance de la proportion d’élèves en retard ou en grand retard tout au long du parcours élémentaire. Plus d’un élève sur 5 redouble dès le Cours Préparatoire, POISTIONSCOL19701971en début de CE2 un tiers des élèves a déjà au moins un an de retard, la part est d’environ 50% au CM2. Si le grand retard diminue à ce niveau c’est parce que les élèves les plus en difficulté passent en classe de fin d’études, puisqu’à cette époque tous les jeunes d’une classe d’âge n’accèdent pas encore au premier cycle du second degré. Environ 15% d’entre eux  suivent encore les cours des classes de fin d’études. Il s’agit principalement d’élèves en grande difficulté scolaire que les classes adaptées ne sont pas en mesure d’accueillir par manque de place, mais aussi d’enfants qui envisagent une formation en apprentissage ou dans collège d’enseignement technique auquel on accédait en fin de cinquième ou de classe de fin d’études primaires.  Cinq ans plus tôt ils étaient encore aux environs de 30% à faire ce choix. La proportion d’élèves en avance augmente au long du cursus élémentaire, à ceux qui sont entrés précocement en Cours préparatoire s’ajoutent ceux qui sautent une classe.

Les conditions de scolarisation étaient difficiles, les classes étaient majoritairement chargées: ni les constructions d’école, ni le recrutement des enseignants n’avaient suivi la hausse des effectifs, seulement une classe pré-éléEEFCLASSES6566mentaire sur 10 avait moins de 30 inscrits. Un cinquième des classes des écoles à plusieurs classes avaient plus de 30 élèves. Plus du tiers des  écoles à classe unique avaient plus de 20 élèves.

 

Sources :
Hérin R. Rouault R. Atlas de la France scolaire, de la maternelle au lycée, RECLUS/ Documentation française, 1994,     MEN :  Tableaux de l’éducation en France 1965-1966,   Prost A.

 

Mise en ligne : 10 Mai 2019

Table des matières   Retour à l’accueil