Le certificat d’études, en 1881

Les données statistiques sur la scolarisation au XIX° siècle facilement accessibles sont le plus souvent parcellaires et limitées aux effectifs. Néanmoins, il existe quelques exemples de séries permettant de procéder à la cartographie des résultats à un examen. Par exemple,  le journal de la société statistique de Paris  fait le bilan du certificat de fin d’études primaires pour l’année 1881.

L’indicateur retenu dans cette publication ne permet certes pas d’établir une véritable comparaison avec les indicateurs utilisés actuellement pour évaluer le niveau de réussite des élèves, mais les différences interdépartementales peuvent être visualisées. Il s’agit en effet d’un ratio entre le nombre de reçus au Certificat d’études primaires et le nombre total d’élèves (du cours préparatoire à la 2° année de fin d’études, soit 7 ans) de l’école primaire dans chaque département. La source ne précise pas si les écoles primaires privées sont prises en compte.

Il ne s’agit donc pas d’un taux de succès à l’examen puisque la valeur de référence n’est pas le nombre de candidats. De même, on ne dispose pas d’informations sur l’âge d’obtention du diplôme, ni sur le genre. Par ailleurs les élèves de l’enseignement secondaire (12° à 1° et classe du baccalauréat) ne sont pas pris en compte dans la population de référence, puisque les établissements secondaires ne préparaient pas à ce diplôme.

L’interprétation en termes de qualification de la population reste difficile, l’on ne peut que constater la répartition spatiale des écarts à la moyenne nationale qui s’établit à 1,36  (valeur du département de la Mayenne). La répartition est relativement simple, on retrouve la ligne de partage CERTIF18801881.pngqui part du Havre à Annecy, entre une France du nord-est plus industrielle et une France du sud-ouest plus rurale. Le ratio est particulièrement faible dans les départements de montagne où l’on pratique l’estive, rappe-lons que l’obligation scolaire n’est pas encore en vigueur à l’été 1881. Si l’enseignement pri-maire est rendu public et gratuit par la loi du 16 juin 1881, la scolari-sation obligatoire de 6 à 13 ans n’est décidée que le 28 mars 1882.  Cette carte rend donc compte d’un état des lieux juste avant une réforme majeure, celle qui va générer une première massification scolaire.

WD1552TAUXSCOLFRANCE18791905

Autres pages présentant des faits scolaires antérieurs à 1970

L’entrée en sixième au milieu des années 1950

Âge des élèves et retard à l’école, 1960 – 1975

La réforme Berthoin : vers la massification

Mises en perspective, rétrospective

Mise en ligne : 10 Mai 2019    Complété le 06/01/2020

Table des matières   Retour à l’accueil