Ecoles d’ingénieurs, un développement essentiellement métropolitain

Un développement rapide

Les écoles d’ingénieurs comme toutes les formations supérieures ont connu un développement important ECOLEINGENIEUREFFECTIFS6017.pngdepuis le milieu des années 1980. La majorité des étudiants sont inscrits dans une formation assurée un établissement public. La part du privé progresse lentement. La croissance des effectifs qui ont doublé entre 1980 et 2017 correspond à une diversification des formationsECOLESINGENIEURSEVONOMBRE proposées sans que le nombre d’écoles augmente à un rythme aussi rapide. Entre 2004 et 2010 le nombre a été stable. Depuis le développement des formations d’ingénieurs au sein des universités a repris, le nombre de formations augmente alors que des écoles fusionnent comme les universités.

 

 

Un type de formation en développement…

PARTETUDIANTSINGENIEURS

La formation des ingénieurs longtemps assurée majoritairement par des écoles publiques connaît un développement régulier depuis les années 1960, ou elle était suivie par ELEVESINGENIEURSPARTEFF6018environ 20000 étudiants et représentait presque 8% du total des étudiants. Cette part a diminué entre 1960 et 1980 du fait de l’augmentation rapide du nombre de jeunes poursuivant leurs études après le baccalauréat. Depuis le début des années 1990 le nombre d’élèves ingénieurs a été multiplié par plus de 3 alors que la part n’a été multipliée que par deux.

Les écoles privées d’ingénieurs ont été plus développées que les écoles publiques au cours des deux ECOLEINGENIEURSEFFECTIFS8017dernières décennies, si bien que la part des établissements publics diminue régulièrement ; de 77% en début de période elle arrive aux environs de 63%.

… qui reste concentré dans les grandes agglomérations

Les 313 écoles d’ingénieurs dénombrées en 2017-2018 sont implantées dans presque toutes les régions de France à l’exceptionECOLESINGENIEURSDEPT de trois des régions d’outre-mer : la Guadeloupe, la Martinique et Mayotte,  mais dans seulement 144 communes réparties sur 67 départements. La moitié d’entre elles sont implantées dans 13 agglomérations qui en ont chacune au moins une dizaine et dans 7 autres qui en ont au moins une demi-douzaine.

Un recrutement sélectif socialement marqué …

ECOLEINGENIEURSFORMATIONDORIGINE1718.png

Quel que soit le type d’école fréquentée les entrants en première année sortent très majoritairement de filières sélectives qui recrutent sur dossier (CPGE, DUT-BTS, Prépas intégrées). La différence majeure entre écoles publiques et privées lors du  recrutement réside dans l’importance des cycles préparatoires intégrés, qui dans le cas des écoles privées sont très onéreux. Ils  constituent de fait une  sélection sur une base financière.

culturellement à double titre : la profession des parents…

Cette sélection est aussi socioECOLEINGENIEURSORIGINESSOCIALES20172018culturelle, les origines sociales des élèves de ces établissements ont un profil social très proche de celui des classes préparatoires aux grandes écoles. Les enfants des catégories sociales les plus favorisées y sont proportionnellement plus nombreux que dans l’ensemble de la population étudiante.

et le genre.

ECOLEINGENIEURSETGENRE20172018

Les école d’ingénieurs sont les établissements qui recrutent proportionnellement le moins de jeunes filles. Leur proportion augmente lentement et atteint désormais aux environs de 27%. Cela tient à la persistance de représentations masculines des métiers techniques dans le secteur de la production industrielle, mais aussi au plafond de verre présent dans le secteur des services qui limite le recrutement de cadres féminins.

 

Mise en ligne : 10 Mai 2019

Table des matières   Retour à l’accueil