La démographie scolaire et universitaire

La population scolaire et universitaire correspond à l’ensemble des jeunes en formation initiale, par simplification nous la nommerons population scolarisée. Elle est un sous ensemble de la population générale. Par commodité, pour les séries longues nous retiendrons les moins de 20 ans, même si, depuis les années 1970 une part croissante des jeunes de moins de 25 ans fréquente encore un établissement de formation.

Une augmentation due dans un premier temps au baby-boom

WD1247POPJEUNESINDICE100.pngL’augmentation du nombre de naissances et la réduction constante de la mortalité des jeunes a entraîné du début des années 1940 au milieu des années 1970, un accrois-sement important du nombre de jeunes en âge d’être scolarisés.WD1247EVOPOPTOTPARAGE4619.png

Après une baisse des naissances jusqu’au milieu des années 1990, les effectifs de la classe d’âge des moins de 24 ans se sont stabilisés aux environs de 17 000 000 d’individus.

 

Une augmentation par allongement de la durée des scolarités

Dans le même temps  la population eWD1247PRESCOAGE.pngn formation a continué de croître régulièrement à la suite d’une double évolution : une entrée de plus en plus précoce à l’école, jusqu’à ce que soit limitée la scolarisation à 2 ans, l’allongement des scolarités par la quasi-généralisation de l’entrée dans un second cycle avant l’âge de fin de scolarité obligatoire puis par l’amplification de l’accès au baccalauréat (par sa diversi-fication) et par le développement des formations supérieures et la mise en avant du niveau bac+5 comme référence.

WD1247POPULATIONENFORMATION19602018

Vraisemblablement il y avait 358 000 apprentis en 1962 selon le service des études informatiques et statistiques du inistère de l’Education nationale. Ceux-ci n’étaient pas sous statut scolaire, les CFA n’étant créés qu’en 1966. Dix ans plus tard ils étaient  aux environs de 266 000. pour en savoir plus sur l’apprentissage entre 1940 et 1960 Lire l’article de Vincent Troger « Les centres d’apprentissage de 1940 à 1960 : le temps des initiatives » dans la revue Formation-Emploi lNuméro spécial. L’enseignement technique et professionnel, repères dans l’histoire (1830-1960) 27-28 année 1989   https://www.persee.fr/doc/forem_0759-6340_1989_num_27_1_1361

La répartition des jeunes au lieu de résidence est sensiblement différente de celle des jeunes au lieu de scolarisation. La différence de répartition entre les jeunes en âge d’être au collège et celles des jeunes de moins de 19 ans s’explique par les mobilités induites par l’inégale présence des différentes  formations dans les communes mais aussi par le choix des parents en matière d’établissement entre l’école ou  l’établissement de secteur, une école ou un établissement en dérogation, le recours à l’enseignement privé. Ainsi la population scolarisée dans la commune peut être inférieure ou supérieure à la population scolarisable

WD1247CARTOJEUNES.png

Pages avec une thématique proche

L’équipement des communes en collège : vers un repli ?

Carte scolaire et information du public

Une offre élémentaire de plus en plus concentrée

La répartition régionale des baccalauréats

Les mobilités pour études supérieures

Si vous êtes intéressés par les données antérieures à 1975 consulter les pages suivantes :
L’entrée en sixième au milieu des années 1950, Âge des élèves et retard à l’école, 1960 – 1975, Le certificat d’études, en 1881Les formations universitaires au début des années 1960, La scolarisation secondaire après 14 ans en 1962

 

Mise en ligne : 10 Mai 2019  Dernière mise à jour 18/07/2019

Table des matières   Retour à l’accueil