La scolarisation secondaire après 14 ans en 1962

Au début des années 1960 l’obligation scolaire ne s’applique que jusqu’à 14 ans, âge supposé de l’obtention du certificat de fin d’études primaires.  La proportion de jeunes qui entrent en sixième représente un peu plus de la moitié (56%) de la classe d’âge, les abandons de scolarité  interviennent dès après la cinquième. Dans le groupe d’âge des 14 19 ans, les enfants des ménages les moins favorisés, sont moins de un sur deux  à entrer dans une formation secondaire et la moitié d’entre eux entreprend une formation professionnelle ou technologique, avec prédominance des formations courtes menant à un CAP. A l’inverse les enfants des ménages  dont au moins l’un des membres a suivi des études secondaires voire universitaires (enseignants, professions libérales) suivent très majoritairement eux-mêmes desTYPFO14181962 formations secondaires voire supérieures. La proportion est moindre pour les enfants de chefs d’entreprises ou de commerçants.   En 1962 l’INSEE fait la comparaison entre les enfants des ménages agricoles et des ménages non-agricoles parce qu’à cette date les ménages agricoles représentent encore 18,5% de la population.

Les proportion de jeunes en formation initiale baisse rapidement avec l’avancée en âge, si 60% des jeunes sont encore en formation à 15 ans, deux ans plus tard ils ne sont plus TXHF62qu’aux environs d’un tiers. Il est à remarquer que la poursuite des études est toujours plus importante chez les enfants des ménages non-agricoles que chez les autres, et chez les filles que chez les garçons. A partir de TAUXSCONAT196219 ans et le début des études supérieures, pour le groupe des ménages non agricoles, le rapport s’inverse. Au moins 3 fractures traversent la population scolaire à partir de 16 ans : une fracture socio-spatiale entre enfants de travailleurs agricoles et le reste de la population, une fracture sociale entre enfants de prolétaires et les autres, une fracture entre filles et garçons des travailleurs agricoles.

A l’échelle régionale, à partir de l’exemple du Nord Pas-de-Calais, existent des  fractures tout aussi importantes dans les groupes les moins aisés de la population, ainsi les enfants des ouvriers spécialisés et des manoeuvres résidant dans le Nord ne sont-ils que moins d’un tiers en formation entre 14 et 19 ans (proportionnellement plus entre 14 SCO1418NORDPDC62et 16 ans) et beaucoup moins après 17 ans). Environ le dixième de ceux qui sont en formation sont encore à l’école primaire, préparant le certificat d’études après un ou deux redoublements.

Pour mémoire actuellement les jeunes sont encore scolarisés à plus de 90% jusqu’à 17 ans, à 18 ans ils ont un taux de scolarisation supérieur à celui des 14 ans en 1962 et à 19 ans le taux est supérieur à celui des 15 ans de l’époque. (RERS)COMPTAUXNAT6216

Regard sur l’évolution passée

secondarisation6585004GIF

« Entre les années 1960 et la fin des années 1980, le nombre de collégiens et lycéens pour 100 élèves du primaire est passé de 45 à plus de 80, par le double effet de la croissance générale et souvent accélérée des effectifs des collèges et des lycées et la diminution, ou, au mieux, de la croissance ralentie de ceux du primaire. Mais cette secondarisation a été fort inégale. Très forte dans la France du Nord, Bretagne exceptée…  » RH RR 1994.

 

Carte préparatoire pour l’Atlas de la France scolaire, 1994.

 

Source :
ife.ens-lyon.fr/publications/edition-electronique/histoire…/INRP_RH066_7.pdf Briand J.-P. Le renversement des inégalités régionales de scolarisation et l’enseignement .  primaire supérieur en France, Fin XIX°-milieu XX° siècle                                Hérin R., Rouault R., Atals de la France scolaire de la maternelle au lycée, RECLUS/Documentation française, 1994        Chesnais J.-C. « La population des bacheliers en France. Estimation et projection jusqu’en 1995 » in Population, Année 1975; N°30-3                                                                                                                                                                                                                          Thérèse Locoh, « La population des ménages agricoles. Émigration et vieillissement. Résultats depuis 1962 et perspectives jusqu’en 1975 » in Population n° 25-3 Année 1970  pp. 497-516

La réforme Berthoin à l’origine de la massification

Retard à l’école primaire vers 1960

Mise en ligne : 10 Mai 2019                                       Dernière mise à jour : 15 Mai 2019

Table des matières   Retour à l’accueil