Le poids des origines sociales pour obtenir le baccalauréat

Une forte inertie sociale perturbe la démocratisation des baccalauréats

WD1091POIDSDESORIGINESSOOCIALESBACGENERAL

Malgré les nombreuses réformes et annonces d’actions en faveur de la mixité sociale, depuis une dizaine d’années la démocratisation de l’accès au diplôme du baccalauréat général ne progresse pas en faveur des jeunes vivant dans les familles les moins favorisées. La part de ces jeunes stagne aux environs de 24 % des lauréats, sans jamais dépasser cette barre. Si la part des enfants d’ouvriers régresse au bénéfice des autres catégories défavorisées, ce n’est que le signe de la réduction constante du nombre d’ouvriers dans la population active et du basculement d’une partie de ceux-ci dans le groupe des inactifs.

WD1091POIDSDESORIGINESSOOCIALESBACPROFESSIONNEL

L’action politique pour favoriser l’accès au baccalauréat professionnel des groupes défavorisés a été plus efficace,   entre les sessions 2006 et  2007 le nombre de lauréats a augmenté. La part des  lycéens  vivant dans des familles très défavorisées qui obteniennent le diplôme est passée de 25% à 35% en deux ans. Cela a mécaniquement entraîné une diminution de la part des enfants de cadres intermédiaires ou supérieurs. La démocratisation du diplôme professionnel a été effectuée au détriment de la mixité sociale.

WD1091POIDSORIGINESSOCIALESBACTECHNOLOGIQUE

Au cours de la période de 20 ans, la répartition des lauréats entre les enfants de familles  favorisées et défavorisées ne varie que très modérément.  L’évolution la plus forte intervient entre 2006 et 2007 sans se traduire par une véritable démocratisation; depuis  la part des enfants de familles défavorisées est stabilisée aux environs de 40%. Celles des enfants d’employés et des catégories plus favorisées ont une évolution très faible, de moins de 2% en dix ans. Ce n’est pas par la filière technologique que la démocratisation se réalise.

Mise en ligne : 10 Mai 2019                                         Dernière modification : 10/01/2020

L’érosion sociale au fil du secondaire

Palmarès des lycées et réussite au baccalauréat : et si on oubliait d’évaluer ce qui importe ?

La mixité sociale à l’école : une actualité seulement cinématographique ?

Le poids des origines sociales dans la réussite au baccalauréat

Les formations supérieures, une démocratisation inachevée.

Table des matières   Retour à l’accueil