Le lent repli de l’offre élémentaire dans la Manche, 2004-2016

L’évolution du nombre de classes

Fmanche002png.png

 

L’offre scolaire de la Manche, déjà faible et éparpillée continue de se rétracter à chaque rentrée et se concentre sur un nombre de plus en plus réduit de communes. A la baisse des effectifs scolarisables qui passent de 50000 à 45000 entre 2004 et 2006 s’ajoutent les conséquences des choix des familles. Elles préfèrent de plus en plus inscrire leurs enfants dans des écoles disposant de services associés (accueil du matin, restauration, étude du soir). Ce qui est moins fréquent dans les communes rurales faiblement peuplées. Par ailleurs les regroupements pédagogiques dispersés sont remplacées par des RPI concentrés, notamment lorsque les communes sont confrontées à la rénovation des bâtiments, le processus étant également encouragé par les autorités académiques dans le but de faciliter le travail en équipe des enseignants. Ce regroupement des classes dans un même lieu facilite aussi la mise en place des services associés.

Ces évolutions conduisent à une modification importante de la présence de l’école dans certains secteurs, près d’une commune sur quatre, encore dotée d’une école, a perdu au moins une classe. Les seules communes qui voient leur offre scolaire augmenter sont celles qui accueillent des élèves en dérogation ou qui disposent d’une école privée.

A l’opposé entre 2012 et 2016, une quinzaine de commune, le plus souvent partie prenante d’un  RPI dispersé ont perdu leur dernière classe. La fermeture de cette dernière classe est un indicateur du déclin démographique et du vieillissement dela population locale.

Patrice Caro, Rémi Rouault, « Le lent repli de l’école élémentaire » in Atlas de la Manche, des polders au pôle d’air P. Guillemin, Q. Brouard-Sala, S. Valognes, P. Madeline, Ed. OREP, 2018,  pp.96-97

 

Mise en ligne : 10 Mai 2019

Table des matières   Retour à l’accueil