Les DOM, un rattrapage très incomplet des inégalités.

 

Une situation qui s’améliore dans les îles à l’exception de Mayotte

Les académies d’outre-mer abritent moins de 40 000 lycéens et moins de 5 000 apprentis chacune, ce sont donc de petites académies (1,5 millions d’élèves dans l’académie de Versailles). Elles ne sont plus dans une situation aussi homogène que par le passé. Guadeloupe, Martinique et Réunion ont pour certaines filières du baccalauréat, notamment du bac général, des résultats qui se rapprochent même de ceux constatés dans les académies d’Amiens ou de Créteil ou de Corse. A l’inverse, La Guyane et Mayotte restent pénalisées par leur situations particulières de porte d’entrée pour l’immigration respectivement depuis le Brésil et le Surinam  ou les Comores.  En Guyane, par exemple, la proportion d’étrangers et si élevée dans la population scolaire du fait de l’immigration clandestine que pour une part importante des élèves l’enseignement est suivi dans une langue étrangère.

Les moyens mis en DOMDEPENSESREPPLUS2017place sont importants y compris par une plus forte présence de l’éducation prioritaire qui nécessite des moyens financiers et humains supplémentaires. Mais en Guyane le manque d’enseignants ne permet pas de mettre vraiment en place des moyens supplémentaires, les démissions sont fréquentes.

Une réduction des écarts ambigüe

Dans les DOM les taux deORIENTATIONFIN3FRANCEDOM redoublements se rapprochent de ceux de la moyenne nationale après avoir été longtemps inférieurs. De même les orientations de fin de troisième suivent une évolution identique à celle de la moyenne des académies françaises. Les orientations conservent cependant une légère différence de structure, le taux de passage en seconde générale ou technologique est toujours légèrement inférieur à celui de la métropole, alors que le taux de passage en seconde professionnelle est toujours légèrement supérieur. Au total, les élèves des DOM restent davantage dans les établissements secondaires a près la troisième, signe d’une plus grande efficacité du système éducatif ou absence de solutions alternatives dont l’apprentissage ?

Une  plus forte proportion de nouveaux diplômés professionnels que dans le reste de la France

 

Une partie de l’écart DOMDIPLOMESSECONDAIRESentre les îles des Antilles et la métropole a été comblée en matière d’offre de diplômes. En Guyane et à Mayotte la part des diplômes de niveau V reste plus importante. Les diplômés du BEP représentent encore un quart  des lauréats chaque année, la part des bacheliers généraux est inférieure d’un tiers à celle constatée en métropole.

 

 

Le clivage social guyanais

DOMMETROPOLECSP2017Le rapport à l’école des parents et de leurs enfants est fortement lié à leur intégration économique et culturelle. En Guyane, plus de 40 % des élèves de certaines filières de lycées professionnels sont d’origine étrangères, tout comme 50 % des élèves de 3e d’insertion de Cayenne ! Selon le rectorat, en 2008, la moitié des élèves du bassin éducatif de Cayenne sont issus de familles défavorisées ; ils sont 58 % dans celui de Kourou, proche de la moyenne guyanaise (60 %) ; 80 % dans celui de l’Ouest (autour de Saint-Laurent-du-Maroni) ; et, situation extrême, presque 90 % des enfants scolarisés vivant aux environs des fleuves vivent dans une très grande pauvreté.

Les profils de la population scolaire varient fortement selon les établissements. Leur localisation géographique et leurs caractéristiques (publics ou privés, généraux et technologiques ou professionnels) sont directement liées aux types d’élèves qu’ils scolarisent. Si un tiers de ceux du lycée général et technologique Félix Éboué de Cayenne (1 400 élèves) sont de milieu défavorisé, ils sont 80 % au lycée professionnel de Saint-Laurent-du-Maroni II (900 élèves). En plus des enfants des élites locales, le  lycée de Cayenne scolarise ceux des fonctionnaires métropolitains en poste  dans la capitale régionale. Celui de Saint-Laurent du Maroni accueille nombre d’enfants venus avec leurs parents du Surinam, situé de l’autre côté du fleuve Maroni. Dans les faits, cela se traduit par des taux de réussite très différents au baccalauréat.

 

Guyane et Mayotte, le cumul des difficultés

Mayotte, département français DOMENSEIGNANTSNONTITULAIRES2017.pngdepuis peu, cumule les difficultés y compris en matière scolaire, c’est pour cela qu’un rectorat de plein exercice y a été créé récemment.  Avec la Guyane c’est un des deux départements-académies très défavorisé à la fois par le contexte socio-économique et l’organi-sation même de l’enseignement. Ce sont les deux départements les plus démunis en enseignants titulaires du premier et du second degré. Les vacataires représentent près du tiers des enseignants du second degré en Guyane et presque la moitié à Mayotte.   Pour le premier degré la pénurie d’enseignants non titulaires est certes moins forte, respectivement 11% et 23% mais pour une moyenne nationale de 0,5%. Le corps enseignant, qui n’est pas issu d’un vivier local n’y est pas stabilisé, la rotation est d’autant plus rapide que les enseignants sont souvent confrontés à de grandes difficultés sur le terrain non seulement en matière d’enseignement mais aussi de logement, de vie sociale…

Mise en ligne : 10 Mai 2019

Table des matières   Retour à l’accueil