L’enseignement privé

Un secteur fréquenté par un quart des élèves

L’enseignement privéWD1187PUBLICPRIVE scolarise un peu moins du quart des élèves de l’enseignement scolaire en France. La très grande majorité des établis-sements privés sont liés à l’État par un contrat. La plupart d’entre eux sont gérés par un Organisme de Gestion des Établissements Catholiques (OGEC) regroupés en unions départementales et régionales sous la tutelle des directions diocésaines de l’enseignement catholique. Le choix du hors-contrat est effectué par des écoles et établissements  qui  souhaitent rester indépendants de l’État pour deux raisons principales, d’une part la mise en place d’un enseignement recourant à des méthodes alternatives (écoles Montessori, écoles démocratique), d’autre part la gestion par des groupes religieux traditionalistes.

WD1187SOUSCONTRATHORSCONTRAT.png

Les établissements privés à but lucratif assurant des formations professionnelles après le baccalauréat optent très majoritairement pour le hors-contrat.

 

Une contribution relativement stable dans le temps

Depuis le milieu des années 1980 la part des écoles et établissements secondaires privés  dans la scolarisation en France varie peu, entre 22 et 23% dans le secondaire et entre 14 et 15 % dans les classes élémentaires et un peu moins en maternelle.

PARTPRIVE602010001WD1445.png

Graphique repris de l’Atlas des Fractures scolaires (Autrement 2010) avec l’aimable autorisation de D. Cassien

WD1187EFFECTIFSELEMENTAIRESPRIVES.png

A la suite des réformes successives des rythmes scolaires dans le premier degré, certains parents ont préféré les écoles privées qui pour la plupart avaient conservé la semaine de quatre jours. On constate ainsi depuis 2015 une légère augmen-tation de WD1187EVOPRIVESOUSCONTRATHORSCONTRAT.pngl’attractivité des écoles privées, principa-lement au profit des écoles hors contrat. L’apparente rapidité de la croissance de la part des écoles hors-contrat tient à la faiblesse des effectifs initiaux, néan-moins cela représente aux environs de 16 000 élèves supplémentaires alors que les écoles sous contrat perdent dans le même temps un peu plus de  10 000 élèves (10 940 précisément). Les académies où la croissance de l’enseignement privé hors contrat est la plus forte sont celles de Créteil et Paris, dans lesquelles la recherche de l’entre-soi est la plus développée, et celle de Limoges, Poitiers et Corse, où ce type d’école était quasi inexistant auparavant.

EVOLUTIONRAPPORTPUBLICPRIVE20102018.png

Dans le secondaire, les évolutions ne sont pas identiques selon les cycles. La part du   privé croît dans le PARTPRIVESECONDAIRE20052018WD1187pre-mier cycle et diminue en lycée professionnel. Cela est dû à la réforme du  baccalauréat profession-nel qui du fait de la suppression d’une année de BEP  induit une réduction des effectifs scolarisés.

EVOPARTPRIVESOUSCONTRAT1619.png         WD1266CROISSANCEPRIVEHORSCONTRAT.png

 

L’organisation de l’enseignement privé : territoires ou réseaux ?

Les enseignants du privé, moindre qualification et plus grande précarité

Les formations paramédicales privées après le baccalauréat

Mise en ligne : 10 Mai 2019                               Dernière mise à jour  le 27/12/2019 après       compléments le 13/12/2019

Table des matières   Retour à l’accueil